LH Forum
 
?
Inscrivez-vous dans les communautés de votre choix pour accéder aux témoignages thématiques Créez votre CV citoyen !

Formulaires de témoignage

Manger mieux

Vos opinions et suggestions sur le manger mieux

Quatre questions pour indiquer où en est, selon vous, la France dans ses tentatives d’aider les hommes à MANGER MIEUX chaque jour (en termes de pratiques, habitudes, culture, contexte, savoirs, moyens…).

Autres sites de publication

Normes de sécurité Sensibilisation pédagogique Culture citoyenne historique et en renouveau face à des problématiques de santé, gaspillage, budget de crise Soutiens à certaines pratiques plus durables (mais sans rapport avec les subventions de la PAC aux grandes surface).

En quoi la France y parvient-elle déjà ?
Normes de sécurité
Sensibilisation pédagogique
Culture citoyenne historique et en renouveau face à des problématiques de santé, gaspillage, budget de crise
Soutiens à certaines pratiques plus durables (mais sans rapport avec les subventions de la PAC aux grandes surface).
Affichages en progrès : les codes couleurs votés en 2015 mais les obligations d'affichages légales trompent encore le consommateur par manque de clareté (nuances entre arôme naturel vanille, arôme de vanille etc)
En quoi la France n’y parvient-elle pas encore ?
Manque de transparence de l'état et Europe en matière d'accords transatlantiques et accords bilatéraux Europe/Afrique
Manque de courage politique face aux lobbys des gros acteurs (FNSEA plus écoutée que confédération des paysans)

Europe : incapacité à réformer la PAC pour que la perfusion d'argent public soit basée sur l'activité et les externalités et non la surface de culture qui sert une minorité d'acteurs et n'a plus aucun sens avec l'urgence du climat et de l'emploi agricole. Dérégulation irresponsable accentuant la distance des aliments donc leur qualité (stockages froid, vitamines moindres ...) Dilutions dans les jus de fruits concentrés d'origine éloignée et également très concentrée !)

Corps médical : Recherche des causalités mais manque de courage pour soigner par les causes, se faire entendre.

Médias destinés aux jeunes : Responsabilité car la normalité des programmes est la futilité et les stéréotypes faciles qui ne sont que jamais compensés par un esprit critique pouvant contrer les conséquences du financement par la pub qui diffuse les techniques de manipulations conditionnant leur consommation alimentaire (prix psychologiques, identifications versus rapport qualité/prix etc ...) => le plus grave pour tous âges, c'est la cannibalisation du temps de toutes les générations avec des programmes sans contenus réels. Peu de pubs pour des livres, conférences, sites gratuits ou ils peuvent trouver des travaux de recherche vulgarisés qui les aident à être des consommateurs-électeurs-salariés assez informés pour que leurs choix quotidiens améliorent aussi leur alimentation.

Côté transformation : Plus que viser la recherche de besoins non satisfaits et complémentarité entre offres des entreprises, c'est la conquête des parts de marchés, de la taille critique pour optimiser les économies d'échelles et bénéfices qui provoque HYPER-CHOIX, emballages "captifs d'attention" des acheteurs et qui dédouanent ces industries d'y mettre des ingrédients sans controverses (additifs, conservateurs, exhausteurs, ...)

Côté distribution : Surfaces incitant à acheter plus que les besoins réels, mais dégradant aussi le paysage, permettant défiscalisation par les charges foncières ou locatives, mode de distribution sans conseil (caisses automatiques à scan et caissières déconnectées du produit vendu) contrairement à un petit commerçant boucher-fromager-primeur ... Choix d'opter pour des produits alimentaires emballés en libre service, plutôt qu'à la coupe pour baisser la masse salariale ...
Que faudrait-il faire pour que la France y parvienne mieux ?
Que les hommes et femmes sortant de l'ENA et qui occupent une part trop élevé de la direction des entreprises du CAC 40, nos ministères apprennent d'autres logiques que l'électoralisme et la "non prise de risques" sur leur trajectoire.

Que les syndicats et l'éducation nationale soient plus connectés et ouverts aux évolutions de notre société (résurgence des débats juridiques sur les "communs" en France et dans tous les pays du monde ayant affronté la crise par exemple). Leur réticence aux changements est contre-productive alors qu'ils sont au plus près des jeunes et des salariés/consommateurs fragilisés. Rôles de vulgarisation des enjeux et initiatives d'autres acteurs engagés au delà de l'école ou de l'entreprise.

Que les générations transmettent toujours (lors du salon de l'agriculture 2015, entendre qu'il faut des années de recherche pour une agriculture durable alors que les techniques productives telles que la permaculture existaient il y a 5000 ans est étonnant ! Que l'on contrôle aussi les ambitions scientifiques, leur indépendance (agro-business, OGM, moléculaire ...) Principe de précautions et mesures d'impacts obligatoires par des structures objectives externes.

16/09/2015