Observatoire du Dialogue
et de l'Intelligence Sociale
La raison la meilleure
devient la plus forte
?

44) La Covid  : le choc démocratique ou l'affaissementL'économie française est parmi les plus percutées par la covid parce qu'elle était déjà parmi les moins dynamiques. Comprendre l'origine profonde du malaise révèle la clé de sa résolution : c'est la gouvernance qu'il faut repenser.

La gestion de l'économie est de même nature pendant et avant la pandémie. Le décrochage latent n'est pas soutenable auprès des français ni de leurs partenaires.

Comparer la décroissance au 1er semestre 2020

L'ampleur du choc de la covid n'a pas été la même pour les pays dits frugaux (entre -8% pour la suède et -13% pour l'Autriche) et les pays d'Europe du Sud (entre -17% pour l'Italie et -23% pour l'Espagne). Quant à eux, les Etats-Unis ont mieux absorbé le choc (-8%) que l'Europe dans son ensemble (-16%). Avec un recul de plus de 18%, la richesse moyenne des français est parmi les plus percutées par la pandémie.

01

Comparer la croissance des années 2010

Ce classement de l'évolution des économies au premier semestre 2020 ressemble à celui de la décennie 2010 : la croissance annuelle moyenne du PIB par habitant des pays l'Europe du Nord (de 1,5% pour l'Allemagne à 0,71% pour l'Autriche) était déjà pour l'essentiel bien meilleure à celle des pays du Sud (de 0,8% pour la France à -0,17% pour l'Italie).

 

La covid 19 a précipité les différences profondes

Si le décrochage général au premier semestre 2020 est lié à la covid 19, son ampleur est corrélée au dynamisme intrinsèque pré existant au sein des différents terrains économiques et sociaux : sans surprise, les plus agiles ont mieux amorti le choc et ceux qui étaient déjà en difficulté ont été les plus percutés. La pandémie joue donc comme un accélérateur d'une tendance profonde qui amplifie un lent décrochage à l'œuvre depuis des années. Alors que la France était en queue du groupe de tête, elle n'est désormais plus qu'en tête du second groupe.

 

02

 

Projection 2054

 L'Allemagne et la France étaient à parité de PIB par habitant jusqu'en 2008. Au cours de la décennie 2010, un différentiel moyen de 0,7% de croissance annuelle s'est installé entre la France (0,8%) et l'Allemagne (1,5%). Aussi, les Allemands sont désormais en moyenne 10% plus riches que les français. Si ce décalage de croissance devait perdurer jusqu'à la date prévue de remboursement de l'emprunt européen, en 2054, ce différentiel de richesse pourrait atteindre 45%. Bien sûr, cette projection a toutes les chances d'être percutée par divers phénomènes sanitaires, économiques, politiques, sociaux ou encore techniques.

Les scénarios français

 Dans L'état social de l'Europe paru en 2014, le croisement du positionnement de la France en termes de Performances et de lien social faisait apparaître un écart au profit du lien social et annonçait par là-même deux scénarios possibles :

  • L'avance du niveau de lien social sur le niveau de performances pouvait favoriser le développement d'une capacité de transformation porteuse d'innovation et de performances,
  • Le retard des performances sur le lien social pouvait constituer un facteur d'émergence des incivilités, de blocages et de ruptures de cohésion sociale.03

 

05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand carrefour

0406

 Malheureusement, le mouvement des gilets jaunes dès 2018 et les violences urbaines croissantes montrent que la société française n'était pas encore structurée pour générer une dynamique de réussite collective. Sans réforme des mécanismes d'éclosion, de développement et d'accomplissement des talents dans tous les secteurs, la capacité d'embarquement de toutes les strates de la société dans sa propre transformation restera limitée. La France ne serait alors pas à la hauteur de ses rendez-vous avec elle-même, avec l'Union européenne et sur la scène internationale.

Deux alternatives se présentent de façon plus prégnante : la concentration d'encore plus de pouvoirs en encore moins de mains permettrait d'imposer des réformes au prix d'un despotisme masqué grandissant ; l'ajout de processus participatifs dans le système politique, les organisations sociales et le management des entreprises ménagerait l'élévation de la démocraticité de notre gouvernance. L'heure du choix d'un grand choc démocratique assumé par tous approche... Décideurs et citoyens : unissez-vous dans le dialogue !

La chronique au journal La Tribune

Toutes les chroniques