<strong>20 ans de l'Odissée</strong>
Du laboratoire social
à la fabrique du dialogue
?

2005 "Evolution du métier de chasseur de têtes" (publié dans RH Demain) 

Par François HUMBLOT – Pdg de Humblot-Grant Alexander

Cela fait environ un demi-siècle que le métier de « chasseurs de têtes » existe.
On ne peut plus parler de nouveau métier et pourtant les cinq dernières années l’ont vu profondément évoluer.

La « chasse de têtes » a été créée après la dernière guerre par des consultants en management mandatés par des sociétés américaines soucieuses de trouver des dirigeants pour s’implanter en Europe.

Pourtant, des années soixante à la fin des années quatre-vingt-dix, le métier a peu évolué. Les événements les plus notables ont été vers la fin des années quatre-vingts l’ouverture de la « chasse » au middle management et l’apparition des chargés de recherche pour seconder les consultants dans l’identification des cibles et l’approche des candidats potentiels.

A partir du développement foudroyant d’Internet, le métier a vécu des transformations profondes :

A tous les stades du processus de recrutement, les changements ont été très marquants :

- L’identification des candidats potentiels a été grandement facilitée par l’apparition des moteurs de recherches, des annuaires en ligne et, depuis peu, des outils de réseau qui sont des sources d’informations infiniment plus performantes que les outils traditionnels.

- les portables et les messageries ont facilité considérablement l’approche et le suivi des candidats.

- Les nouveaux ERP de recrutement qui sont apparus depuis deux ans avec des versions « web » vont permettre la suppression du papier dans les cabinets de recrutement et une rigueur accrue dans le suivi des missions.

- Les outils d’évaluation et les tests, pour ceux qui les utilisent, ont tous maintenant des versions Internet qui permettent la passation à distance.

- Les caméras web, même si elles sont peu utilisées, permettent d’assurer des entretiens à distance quand l’organisation de rencontres physiques s’avère impossible.

Du côté de nos clients, les attentes ont évolué :

- La connaissance de l’environnement sectoriel du client est devenue incontournable pour assurer un rôle de conseil et de veille accru.

- Une plus grande rapidité dans la conduite des recherches est requise.

- L’accompagnement dans la prise de décision d’embauche doit être plus fin, les processus de décision des entreprises ayant gagné en complexité.

La plupart des cabinets déjà solidement implantés se sont adaptés à ces évolutions, mais une grande partie des petites structures n’a pas résisté.
Le marché des conseils en recrutement au niveau mondial a chuté de 60% entre 2000 et 2003 ; il est légèrement remonté depuis, mais sans compenser la baisse : +4% en 2004 et vraisemblablement +10% en 2005.

Les prochaines années devraient permettre un renouveau de cette profession, particulièrement utile pour les entreprises dans la course aux talents qui s’annonce avec l’arrivée en Europe des phénomènes démographiques prévus depuis plusieurs années.